Stefano Pioli a souligné les attentes avant AC MilanLa campagne de la Ligue Europa et les menaces posées par leurs prochains adversaires Naples.

Les Rossoneri n'ont perdu qu'une seule fois lors de leurs 12 dernières sorties en Serie A, mais malgré cela, la pression est forte sur l'entraîneur et ses joueurs. L'équipe est toujours à huit points du leader du championnat. Inter Milan et leur mauvaise campagne en Ligue des champions a détérioré l'ambiance autour de San Siro.

Naples a été incroyablement actif lors de la fenêtre de transfert de janvier pour tenter de résoudre ses problèmes cette saison et ils ont remporté une victoire tendue. Hellas Vérone lors de leur dernière sortie, leur donnant un léger coup de pouce après leur récente défaite contre l'Inter et un match nul avec Lazio.

S'exprimant lors d'une conférence de presse via Prolongation TMW, Pioli a d'abord discuté de ce qui a changé à Naples au cours des 12 derniers mois.

« Leurs qualités n'ont pas changé, le nombre de performances et de matchs. Avec Mazzarri, quelque chose a changé tactiquement, nous ne savons pas s'il jouera à trois ou quatre en défense, mais c'est un adversaire de qualité à affronter avec beaucoup d'attention et beaucoup de respect.

On lui a demandé s'il était étonné par la position de Naples dans le classement.

« C'est difficile pour tout le monde de se répéter, c'était difficile pour nous aussi. La saison est encore très longue, et Naples n'est pas loin de la quatrième place. Ils ont une grande qualité, de grands joueurs offensifs, il faudra y prêter beaucoup d’attention.

L'entraîneur des Rossoneri n'était pas intéressé à discuter des rotations.

« Le staff et moi avons déjà vu Rennes, mais nous ne pensons qu'à demain. Il y a le temps qu'il faut pour préparer Rennes. Maintenant, c'est trop important de se concentrer sur la ligue.

Pioli a parlé de la bataille au milieu de terrain entre Milan et Naples.

« Dans de nombreux matches, c'est la clé, même si, surtout demain, les deux équipes ont de grands joueurs offensifs dans des situations en tête-à-tête qui, je pense, pourraient être décisives. Il faudra être très compact au milieu du terrain, gâcher le plus possible leurs jeux.

Il a confirmé qu'Ismael Bennacer est suffisamment en forme pour commencer.

"Il va bien, il est disponible pour jouer dès la première minute."

L'entraîneur milanais a évoqué l'importance de remporter la victoire.

« Être à Milan, c'est gagner quelque chose, il faut viser ça, alors c'est difficile, aussi bien en championnat qu'en Ligue Europa. Il ne faut pas viser trop loin, il faut se construire brique par brique.»

Il a été interrogé sur les récentes critiques envers Mike Maignan.

« Les critiques ne nous intéressent pas, car nous sommes très autocritiques envers nous-mêmes. Les gens comme Maignan ne perdent jamais, soit ils gagnent, soit ils apprennent et il sortira meilleur de cette période qu'avant.

Il a participé au débat sur la « carte bleue ».

"J'aime le rythme, je n'aime pas les interruptions et je pense que ce serait une autre raison d'interruptions."

Pioli a discuté de la croissance de Charles De Ketelaere à Atalanta.

"Ici, en raison de ses caractéristiques et de ce dont nous avions besoin en tant que milieu offensif, c'était le bon rôle pour lui de jouer. Il se porte très bien à Bergame après une année d'expérience au cours de laquelle il a grandi."

Il a fait le point sur les défenseurs blessés.

« Les reprises se déroulent toutes très bien, mais elles doivent être analysées semaine après semaine. Malick s'est forcé, aujourd'hui il était totalement dans le groupe et demain il ne sera pas convoqué, il devrait être de retour en Ligue Europa. Kalulu et Tomori seront importants la semaine prochaine.

L'entraîneur milanais a commenté la façon dont il gère les critiques.

« Je fais ce que j'aime, ce que j'aime, le coaching est ma passion. Quand vous avez un rôle avec une telle responsabilité, vous avez des pressions, des attentes, des critiques, des compliments, mais il y a tellement de plaisir à travailler avec mes joueurs au quotidien que d'autres choses viennent de moindre manière que de travailler avec les joueurs.

« De toute façon, tout ne peut pas être parfait, pour moi, c'est le travail qui compte beaucoup. J'ai toujours eu la chance d'entraîner un groupe de personnes spéciales, plutôt que des joueurs spéciaux, et cela me gratifie beaucoup et ça me fait du bien… jusqu'à dimanche.

"Nous savons tous ce que signifie entraîner Milan, les émotions que je ressens sont vraiment profondes."

Il lui a été proposé l'idée de faire démarrer ensemble Olivier Giroud et Luka Jovic.

"Jovic est une réalité de cette équipe, important, il peut jouer dès le début, mais avec Giroud ensemble dès le début on verra."

Il a évoqué l'idée d'utiliser Bennacer comme milieu offensif.

« Je ne pense pas que cela puisse être une idée pour demain, il commencera un peu plus bas. Ensuite, j’aime ne pas avoir de joueurs avec des positions fixes.

L'entraîneur milanais a parlé de la nécessité de l'équipe de toujours marquer plus que ses adversaires grâce à sa défense.

« Donc, nous sommes enclins à attaquer, parce que nous n'aimons pas défendre, ou plutôt parce que nous sommes enclins à jouer offensivement, à la fois en raison des caractéristiques de mes joueurs et de mes idées.

"Nous y travaillons, mais je pense que nous devons beaucoup insister sur nos aspects positifs, en éliminant les situations où nous ne sommes pas si attentifs en phase défensive."

Enfin, Pioli a commenté Salernitanala décision de limoger Filippo Inzaghi.

« Je lui souhaite le meilleur, cela arrive à tout le monde ou presque. J'ai profité de mes licenciements, pas tout de suite, car tout de suite il y a un peu de déception…

« J'en ai profité un peu plus tard au fil du temps pour essayer de comprendre ce qu'il fallait améliorer. Les licenciements ne signifient pas nécessairement que vous n'avez pas fait du bon travail.»

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *