Inter Milan L'attaquant Marcus Thuram a évoqué son admiration pour Thierry Henry et l'importance de représenter l'équipe de France.

Le joueur de 26 ans a rejoint les Nerazzurri avec un transfert gratuit cet été après l'expiration de son contrat avec le Borussia Mönchengladbach. Il a signé un contrat de cinq ans d'une valeur nette d'environ 6 millions d'euros par saison, ce qui en fait l'un des salariés les mieux rémunérés du club.

Thuram a été opérationnel depuis qu'il a rejoint l'Inter, marquant quatre buts et fournissant huit passes décisives lors de ses 12 premiers matches de Serie A. Il a également marqué le but décisif lors de la victoire de la Ligue des champions contre Benfica le mois dernier.

L'attaquant français a commencé à former un formidable partenariat avec Lautaro Martinez, cherchant à être le complément parfait à l'équipe Nerazzurri d'Inzaghi. Le club occupe actuellement la tête du classement après 12 matchs, avec deux points d'avance sur ses rivaux. Juventus.

S'exprimant sur le podcast de l'équipe de France via Prolongation TMW, Thuram a d'abord évoqué son admiration pour Henry.

« Il est une référence, par sa façon de jouer mais aussi par son comportement. Il est l'exemple de ce que Clairefontaine tente de créer, il est pour moi le parfait témoignage. Je connais bien Henry depuis que je suis enfant, comme mon père, il compte beaucoup pour moi. Je le considère un peu comme mon oncle.

L'attaquant de 26 ans s'est souvenu de ses premiers souvenirs en équipe de France.

« L'équipe nationale est devenue une obsession pour moi puisque chaque matin, sur le chemin de l'école, je croisais les joueurs de l'équipe première. Je venais d'une école américaine et j'étais habitué à des horaires différents de ceux qui y étaient respectés.

« Je me souviens que la première fois que j'ai visité le centre sportif, j'ai remarqué une augmentation féroce du niveau par rapport à ce avec lequel je vivais, c'étaient tous des monstres très forts.

"Sur le terrain, il y avait un garçon maghrébin pas si grand qui jouait seul et faisait des contrôles incroyables sans regarder le ballon, c'était Amine Harit."

Enfin, Thuram revient sur sa première journée à Clairefontaine et les relations nouées.

« Puis je me souviens que le premier jour il y avait Allan Saint-Maximin, Christopher Nkunku, Florian Ayé et d'autres…

« Au fur et à mesure que nous avons commencé à nous connaître, nous avons compris que nous passerions beaucoup de temps ensemble, que nous deviendrions comme une famille.

"J'étais responsable de la 'bonne humeur', alors les coéquipiers savaient qu'ils pouvaient me parler s'ils avaient des problèmes."

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Billets Collecteur de kits