Inter Milan La star Lautaro Martinez a parlé de sa vie en dehors du terrain, de ses ambitions en Ligue des champions et des origines de son surnom "El Toro".

L'attaquant argentin de 26 ans a confirmé son statut d'un des meilleurs attaquants du football mondial cette saison, marquant 22 buts en 23 matches de Serie A cette saison, avec seulement deux d'entre eux sont sortis du point de penalty. Il a également formé un formidable partenariat avec Marcus Thuram, créant un duo mortel.

L'Inter est en passe de remporter son 20th Scudetto et sont également à la recherche de la Ligue des champions, ayant des affaires inachevées dans la compétition après leur défaite contre Manchester City à Istanbul l'année dernière.

S'adressant aux médias de l'UEFA via Prolongation TMW, Lautaro a d'abord discuté de ce que la Ligue des champions signifie pour lui et ses coéquipiers de l'Inter.

« Évidemment, chaque trophée est un objectif pour un club comme l'Inter. Faire partie d’un groupe de frères et d’amis qui vont dans la même direction, que l’on joue ou non, c’est important pour avancer. Alors, les choses deviennent plus simples.

L'attaquant argentin a ensuite un peu évoqué sa vie en dehors du terrain, comme sa vie de famille et ses tatouages.

« Ils parlent de moi, de ma famille, de ma religion, ou d'une phrase qui me caractérise. J'ai fait mon premier tatouage à 15 ans, ma mère ne voulait pas ça, elle disait que j'étais trop jeune. J'ai commencé par le nom de son père, mon grand-père. C'était très difficile pour moi.

« Nous sommes une famille qui a commencé avec très peu. Il ne fait aucun doute que ces moments difficiles m’ont fait grandir très vite. En grandissant, j’ai compris que je devais suivre ma voie, le football. Dans ma famille, il y a toujours eu du sport.

Enfin, Lautaro a expliqué pourquoi son surnom est « El Toro ».

« Quand je suis arrivé au Racing, mes coéquipiers me surnommaient El Toro car j'étais toujours en colère et mauvais dans les duels. Mon surnom vient de là.

« L'expression « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » raconte ce que j'ai vécu petit à petit, mais aussi certaines phases ultérieures. C'est une phrase à laquelle je m'identifie, je la porte toujours avec moi.

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Billets Collecteur de kits