José Mourinho a lancé d'autres attaques latérales contre les médias, Sassuolo et Domenico Berardi pour son manque de « fair-play », comme le Rome l'entraîneur ne parlerait qu'en portugais par l'intermédiaire d'un interprète.

La polémique dans la préparation de ce match a vu Mourinho affirmer lors de sa conférence de presse qu'il était "inquiet" pour l'arbitre Matteo Marcenaro et le VAR, prédisant qu'il y aurait un carton jaune rapide pour Gianluca Mancini.

Au lieu de cela, l'officiel s'est avéré décisif en leur faveur, puisque VAR a rappelé Marcenaro pour donner un carton rouge direct à Daniel Boloca, puis Paulo Dybala a converti un penalty avant que Rasmus Kristensen ne voie son arrivée déviée par Ruan Tressoldi pour compléter le retour d'un premier but de Matheus Henrique.

La confusion était encore plus grande lorsque Mou est arrivé pour l'entretien d'après-match avec DAZN et a insisté pour parler uniquement en portugais, traduit par l'interprète fourni par le club.

"Je tiens à remercier le club et le directeur Tiago Pinto, qui au cours des dernières 24 heures m'ont apporté le soutien et donc la stabilité émotionnelle qui me permet de faire mon travail", a commencé Mourinho.

C'était une référence pointue à sa propre critique de l'arbitre Marcenaro.

« Ils m’ont fait confiance. C'était une victoire très importante, âprement disputée et méritée, car même si nous étions menés à un but, la Roma restait la meilleure équipe sur le terrain.

« Je suis très content des joueurs et de tous nos fans. Je veux le dédier à mon fantastique assistant manager, Salvatore Foti, qui n'était pas là aujourd'hui mais qui a travaillé très dur pour nous aider à remporter la victoire.

Mourinho est en Italie depuis de nombreuses années, d'abord à Inter Milan et c'est sa troisième saison à Rome, et il parle un excellent italien depuis le premier jour. Parler portugais avait donc l’impression de se moquer des médias.

« La raison pour laquelle je parle portugais est que mon italien n'est pas suffisamment perfectionné pour exprimer certains concepts. Quand je parlais de stabilité émotionnelle, je faisais référence à une qualité qui, dans la vie et dans le football, est nécessaire pour performer au plus haut niveau", a poursuivi l'entraîneur.

Il était encore temps de faire un dernier coup de côté à Sassuolo et Berardi, car un membre du staff de la Roma a été expulsé de la ligne de touche lors des arrêts de jeu pour avoir retenu le ballon et ne leur avoir pas permis de reprendre le jeu rapidement.

"Quant à la situation qui a provoqué une certaine irritation chez le staff et les supporters de Sassuolo lorsque nous n'avons pas rendu le ballon rapidement, je me suis approché de mon collègue et lui ai simplement dit que pour recevoir le fair-play, il faut d'abord le donner et il y a un joueur de l'équipe de Sassuolo qui manque dans ce domaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *