Fiorentina Le milieu de terrain Alfred Duncan affirme que le problème du racisme dans le football ne se situe pas seulement parmi les supporters, mais même entre les joueurs sur le terrain. "Vous ne l'entendez pas parce que nous ne portons pas de microphones."

Le problème des abus racistes lors des matches de football est malheureusement plus fréquent que jamais, les clubs étant condamnés à des amendes pour les chants offensants de leurs supporters.

Cependant, s'adressant à la chaîne officielle de la Fiorentina, Duncan insiste sur le fait qu'une situation encore plus horrible se produit.

"Il y a toujours eu du racisme entre joueurs sur le terrain, mais on ne l'entend pas car malheureusement nous ne portons pas de micros", a déclaré l'international ghanéen.

« D'après moi, ce n'est pas seulement le fait de dire des mots insultants qui me fait comprendre si quelqu'un est vraiment raciste, c'est la façon dont il le dit et le moment où il le dit. Quand certaines choses se produisent entre joueurs, c'est énervant, mais au fil des années, j'ai appris à ne pas réagir.

« Ceux qui sont dans les tribunes, ils ont payé pour me voir jouer et j'ai encore appris à ne pas réagir, car ça ne sert finalement à rien. Moins on en parle, mieux c’est.

Né à Accra et ayant déménagé très jeune en Italie, Duncan a passé toute sa carrière en Italie avec Inter Milan, Livourne, Sampdoria, Sassuolo, Cagliari et la Fiorentina.

"Je joue depuis de nombreuses années et je n'arrête pas de dire les mêmes choses", a ajouté le joueur de 30 ans.

« Lors des matchs à l'extérieur, quand le bus arrive au stade, on voit les supporters de l'opposition, même avec des enfants dans les bras, faire certains gestes. Les enfants apprennent simplement à copier leurs parents, à grandir et à faire les mêmes choses avec leurs enfants. Jusqu’à ce qu’il y ait davantage d’éducation sur ces questions, cela continuera ainsi.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *